Compte-rendu de la réunion du 24/05 : NON à la nouvelle gamme tarifaire Remi Zen !

Le 24 Mai était organisée une réunion entre l’ADULPCM, SNCF Mobilités, SNCF Réseau ainsi que les représentants de la Région Centre Val de Loire.

Lors de cette réunion plusieurs sujets ont été abordés :

  • La qualité de service : nous avons rappelé que malgré quelques améliorations, les problématiques de trains courts, de suppression de train ainsi que de communication défaillante étaient insupportables, la discussion a été vive et très longue sur ce sujet récurrent- à cette occasion il a été confirmé que les retards de + de 5 min sont en fait des retards de plus de 5min59s.
  • Le réaménagement des Regio2N : l’ADULPCM le demande depuis plusieurs années, celui-ci sera fait avec un financement de la Région, de la SNCF et de Bombardier. Nous avons demandé à être associé afin que les choix soient en phase avec les attentes de l’usagers du quotidien.
  • Concernant le projet de « train direct » entre Paris et Chartres, il nous a été indiqué que le projet était à l’étude et que finalement les trains Corails qui devait être supprimés en 2020 seront conservés au moins jusqu’en 2022.

Le dernier sujet abordé est celui relatif à la nouvelle gamme tarifaire.

Offre Carte Remi Liberté pour les usagers occasionnels :

Dans un premier temps, nous ont été présentées les nouvelles cartes de réduction Remi utiles pour les voyageurs occasionnels avec des réductions intéressantes permettant de compenser rapidement l’augmentation tarifaire du début d’année. Ainsi, la carte Rémi Liberté commercialisée directement par la Région au prix de 30€ sans condition, offre jusqu’à 50% de réduction le week-end et 33% en semaine sur le prix du billet. Ainsi, en deux allers-retours Chartres-Paris, le week-end, la carte est amortie.

L’ADULPCM n’a aucune objection à cette offre qui permet une mobilité vertueuse pour les usagers occasionnels leur permettant de privilégier le train à la voiture. Encore faut-il que les usagers occasionnels aient connaissance de cette offre et, que celle-ci soit bien utilisée car en l’absence de cette carte les tarifs ont augmentés d’environ 12%…et cela sans que l’ADULPCM ne soit associée à quelque moment que ce soit à la discussion. Nous avons rappelé qu’il était impératif d’associer les associations d’usagers aux décisions les impactant afin que celles ci soient en phase avec les attentes des usagers.

L’offre Remi Zen / usagers du quotidien :

La Région a voulu remettre en place une tarification au kilomètre à partir de Gazeran afin de contourner la problématique de abonnements subventionnés limités à 75km (mesure nationale). Cette tarification au kilomètre peut sembler logique aux premiers abords car elle permet une tarification identique du kilomètre dans l’ensemble de la Région. Malheureusement ce type d’analyse uniquement par les chiffres ne prend pas en comptes les réalités du terrain.

Par ailleurs, la Région nous a présenté cette offre et nous laissant que 15 jours pour donner notre avis, nous mettant ainsi dans l’impossibilité de questionner la région sur les points problématiques et de consulter les usagers…

Nous avons cependant pu analyser les principales nouveautés :

  • la solution retenue est indolore pour les usagers qui sont au delà des 75km puisque Mobilico compense le tarif de l’abonnement de travail avec un reste à charge de 100€ dans tous les cas
  • la solution peut être douloureuse pour les usagers en dessous des 75 km, car eux verront une vraie augmentation de tarif.

Cas concrets sur base mensuelle :

Chartres-Paris

Abonnement actuel Optiforfait 360,10€.
– Remboursement par l’employeur (obligation légale avec la loi Fillon) de 130,05€.
– Remboursement par la région via Mobilico de 30,05€.
=> Reste à charge de l’usager : 100€

Nouvel abonnement Rémi Zen 209,00€.
– Remboursement par l’employeur (obligation légale avec la loi Fillon) de 104,50€.
– Remboursement par la région via Mobilico de 4,50€.
=> Reste à charge de l’usager : 100€

Maintenon-Paris

Abonnement actuel Annuelys (Maintenon-Gazeran) 39.50€ + Navigo Integral toutes zones 75,20€ par mois. Pour un total de 114,70€
– Remboursement par l’employeur (obligation légale avec la loi Fillon) de 57.35€
=> Reste à charge de l’usager : 57.35€

Nouvel abonnement Remi Zen 95,00€ par mois (Maintenon-Gazeran) + Navigo Integral toutes zones à 75.20€ soit 170,20€ par mois.
– Remboursement par l’employeur (obligation légale avec la loi Fillon) de 85,10€.
=> Reste à charge de l’usager : 85.10€
/!\ Mobilico n’entre pas en compte car le plafond du reste à charge pour l’usager passe à 100€.

Epernon-Paris

Abonnement actuel Annuelys (Epernon-Gazeran) 23.80€ + Navigo Integral toutes zones 75,20€ par mois. Pour un total de 99,00€
– Remboursement par l’employeur (obligation légale avec la loi Fillon) de 49.50€
=> Reste à charge de l’usager : 49.50€

Nouvel abonnement Remi Zen 68,00€ par mois (Epernon-Gazeran) + Navigo Integral toutes zones à 75.20€ soit 143,20€ par mois.
– Remboursement par l’employeur (obligation légale avec la loi Fillon) de 71,60€.
=> Reste à charge de l’usager : 71.60€

<!> Les usagers d’Epernon feraient la double économie de prendre leur voiture et d’aller jusqu’à Gazeran pour économiser le coût devenu prohibitif de Remi Zen et du parking payant. A l’heure où l’écologie est au centre de toutes les préoccupations, ce n’est pas vraiment vertueux !

La Région pour tenter de désamorcer une véritable fronde avec une augmentation hallucinante souhaite mettre en place une mesure corrective permettant aux usagers ayant un abonnement en date du 01 Avril 2019 de bénéficier d’une aide complémentaire afin de « rester » au tarif actuel. L’ADULPCM a demandé quelle était la durée de cette aide, elle serait sans limite de durée.

Néanmoins, nous nous posons des questions quant à sa viabilité car cette « mesure corrective » pourrait être qualifiée de discriminante. En effet, un usager pouvant justifier au 01 Avril 2019 un abonnement aurait un prix final inférieur à un « nouvel » abonné réalisant le même trajet depuis le 3 Avril 2019 !

Nous avons par ailleurs demandé si cette nouvelle tarification avait été réalisée en prenant en compte les bassins de vie et si les élus locaux avaient été consultés car lorsque les personnes viennent s’installer dans les franches franciliennes, le prix du transport pour aller travailler est un critère. La nouvelle tarification peut donc avoir un impact sur les bassins de vie. Les représentants de la Région nous ont indiqués que les élus locaux n’avaient pas été consultés à ce stade…

L’ADULPCM estime qu’il est nécessaire d’inclure l’ensemble des collectivités traversées par la ligne et qu’une véritable consultation puisse être mise en place par ces dernières.

Enfin, nous considérons que cette nouvelle gamme tarifaire est purement comptable mais ne prend pas en compte les considérations écologiques puisque les usagers des gares les plus proches de l’Ile de France voient une très forte augmentation de tarif incitant donc les usagers à prendre leur voiture…

Conclusion :

Pour les raisons explicitées précédemment, l’ADULPCM s’oppose à la mise en place de la nouvelle gamme tarifaire Remi Zen et préconise à ce stade le statu quo. Les usagers ont déjà subi une augmentation de 4% en début d’année 2019, sans compter l’une augmentation du reste à charge de Mobilico qui initialement était de 75 est passé à 90 et maintenant 100€.

Par-ailleurs, cette nouvelle gamme tarifaire semble réalisée dans un but de faire des économies en réduisant le montant de l’aide Mobilico pour les gares au delà des 75km en baissant le prix de l’abonnement et par le système des vases communicants faire payer les usagers des gares en amont en augmentant fortement le prix. Dans ce cadre, la Région dans son calcul cherche à mettre à contribution les employeurs du secteur privé qui ont obligation de remboursement 50% des frais de transports collectifs. Cela peut constituer un frein à l’embauche.

Nous demandons à ce que la Région consulte les collectivités locales concernées afin d’éviter des impacts néfastes démographiques et écologiques sur les bassins de vies mais aussi sur les flux d’usagers, et qu’elle leur laisse le temps nécessaire pour analyser les impacts d’une nouvelle gamme tarifaire de ce type.

Le Vice-Président Philippe Fournié en charge des transports a indiqué lors de la réunion qu’il laissait le dernier mot à l’ADULPCM quant à l’application de cette nouvelle gamme tarifaire au 1er septembre 2019.

En l’état pour l’ADULPCM, Remi Zen, c’est non !

Télécharger un tableau récapitulatif comparatif des offres >>

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.